Sommes-nous devenus sourds ?

01 juin 2021
Aujourd'hui pour un monde nouveau

Cette question, posée récemment par l’hebdomadaire français La Vie,

après un énième naufrage en Méditerranée, vaut la peine d’être relevée. Car il faut bien reconnaître que notre attention est tellement focalisée sur la pandémie du coronavirus, que nous avons oublié cette surdité. Il faut dire aussi que les médias ne nous ont pas beaucoup aidés à nous en souvenir. Et c’est ainsi qu’un peu tardivement, nous avons appris que 130 femmes et hommes ont appelé au secours un jour et deux nuits avant de mourir noyés le 22 avril. Avec un peu plus d’aide de la part des médias, nous avons aussi su que, le 18 mai, le Maroc mettait l’Espagne sous pression en laissant passer illégalement sa frontière à 8000 personnes – essentiellement des jeunes Marocains –, et utilisait donc les réfugiés pour faire comprendre à l’Espagne son mécontentement d’avoir accueilli le chef du Front Polisario, qui lutte pour l’indépendance du Sahara occidental.


Pas bien beau, tout ça. Cela montre une chose, soulevée dans Les Echos par le professeur à Sciences Po Paris, François Gemenne : «cette logique d’externalisation ne mène à rien, car on donne à ces Etats l’occasion d’utiliser les migrants comme une menace, comme l’a fait le gouvernement marocain». Selon ce politologue, les migrations ne cesseront jamais. «C’est un phénomène structurel. Inutile d’être pour ou contre, il faut l’organiser.»


Mais pour l’organiser il faudrait commencer par cesser d’être sourds, et même aveugles. Car on a dit que dans les années qui viennent, on risquait d’avoir des « épidémies de pandémies », si nous continuons à ne pas entendre les cris de la Terre, concernant notamment la nécessité de préserver la bio-diversité. Or, nous savons que le coronavirus a aggravé la situation des populations et des nations pauvres.


A ce propos, Hubert Reeves dit ceci : « Ce n'est pas la Terre qui est en danger ; elle va continuer à tourner sur elle-même et autour du Soleil. Ce n'est même pas la vie qui est menacée. Elle est robuste et les espèces ont déjà connu cinq extinctions majeures. C'est nous qui sommes en péril. Plus exactement nos descendants, enfants et petits-enfants. » Alors ne restons pas sourds aux cris de la Terre. Ne restons pas sourds aux cris des humains et ne faisons pas semblants d’être aveugles. Ouvrons les yeux, ouvrons nos oreilles. Ayons le courage de l’écoute pour changer et faire de nos vies des vies données au lieu d’être des vies recroquevillées.


Et pour cela ouvrons-nous à l’Esprit-Saint, car « Si nous faisons place à l’Esprit « qui est Seigneur et qui donne la vie », la puissance pascale de la résurrection trouvera en nos faiblesses le terreau d’où pourra jaillir la vie nouvelle qui transfigure le monde (David Gabillet, rédacteur de « Magnificat ») ».

 

Messes - Lampes - Revue Les Annales d'Issoudun

TARIFS 2020 de la FRATERNITÉ Notre-Dame du Sacré-Cœur (Issoudun).

TARIFS     HORAIRES

Localisation


Nos coordonnées

  • 38 place du Sacré-Cœur
    BP 154
    36105 ISSOUDUN CEDEX
  • Téléphone : +33 (0)2 54 03 19 16
  • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Top