Plus jamais comme avant

30 avril 2020

Depuis que l’on parle de « déconfinement », il y a deux discours qui s’affrontent :

celui où l’on nous dit que « cela ne seras pas tout de suite comme avant », et celui où l’on nous dit qu’il faut vraiment que cela ne soit pas comme avant. Et les prophètes en tout genre nous prédisent déjà que c’est probablement le premier discours qui va gagner.


Pourquoi ? Parce que quelque chose fait que l’humain s’accroche à n’importe quelle solution pour que « tout revienne à la normale », comme avant, confortablement installé dans ses sécurités. Et ce quelque chose, c’est la croyance indéboulonnable en une croissance illimitée, qui a l’avantage de nous faire oublier la limite angoissante de la mort. Dans un tel contexte, parler de « décroissance » devient une aberration. Les transhumanistes nous parlent au contraire « d’homme augmenté » qui va pouvoir, un jour, repousser très loin la limite de la mort grâce aux nouvelles techniques à sa disposition. Pour eux les choses sont claires : « Réglons notre problème avec la mort et tout devient possible ».


Mais voilà que le Covid-19 est passé par là ! Il est venu rappeler notre finitude, en nous égrenant chaque soir le nombre de décès dans les dernières 24 heures, et en nous martelant le fait que les limites de l’humain sont bien là : les sciences médicales ne maîtrisent pas tout, les soignants ne maîtrisent pas tout, les organismes de santé sont parfois un peu défaillants, le confinement limite nos libertés.


Alors que faire ? Ce serait peut-être bien de faire en sorte que « l’après » ne soit pas comme avant. Oserions-nous rêver, être un peu « utopistes », parler de décroissance comme progrès possible ? Oserions-nous parler de changement de système de valeurs, un système basé, non plus sur le profit, mais sur la solidarité, le temps long, la justice et le sens à donner à la vie ? Mais pour oser cela et construire un « monde d’après » qui soit un monde nouveau, et non le « copier/coller » de celui d’avant, il faut accepter nos limites, notre finitude, nos faiblesses, nos morts et notre mort. En réglant ainsi notre problème avec les limites, une autre vie libérée deviendra possible !

Messes - Lampes - Revue Les Annales d'Issoudun

TARIFS 2020 de la FRATERNITÉ Notre-Dame du Sacré-Cœur (Issoudun).

TARIFS     HORAIRES

Localisation


Nos coordonnées

  • 38 place du Sacré-Cœur
    BP 154
    36105 ISSOUDUN CEDEX
  • Téléphone : +33 (0)2 54 03 19 16
  • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Top